Durant les 6 ans de son mandat, le maire sortant n’a pas su convaincre et rassembler les élus du
conseil municipal sur sa vision et ses objectifs. Le dialogue a été très difficile voir heurté.
L’absence de transparence et de concertation sur les grands sujets (constructions, déplacement,
décisions de la métropole) ont été préjudiciables.

Le plan local d’urbanisme (PLU) illustre parfaitement mon propos. Ce PLU a prévu la construction
de 8 350 logements, sans architecte urbaniste spécialisé dans l’aménagement et sans appel à
projet. Ce plan 2016 – 2026 défigure la ville et n’anticipe pas les menaces climatiques. Il a été
bloqué en partie par le Préfet. C’est une atteinte à notre patrimoine naturel exceptionnel. Nous
faisons la même remarque pour le plan de déplacement urbain 2017 – 2027 qui a complètement
oublié Hyères, pas de liaison entre l’aéroport et la gare, pas d’opérateur global de location de
vélos, pas de trams pour aller à l’université.

Pour l’attractivité de la ville et l’emploi des jeunes, outre l’absence de politique pour attirer les
entreprises, nous constatons les départs de l’institut Héliomarin et d’une partie de l’activité de
l’hôpital d’Hyères vers Sainte Musse, de IFSI (institut de formation en soins infirmiers) et des
écoles de santé vers Toulon. La ville succomberait-elle aux appétits du Maire de Toulon ?
Pourquoi ne pas s’être plus rapproché de l’Etat et en faire un partenaire privilégié, notamment en
accélérant « l’opération grand site de Giens » et en conduisant une politique de transition
écologique exemplaire ? Nous regrettons également l’absence totale d’ambition dans le domaine
agricole par la mise en valeur des friches et l’installations de jeunes diplômés du lycée agricole.

En matière de sécurité, des quartiers de la ville ont été trop négligés, voire abandonnés, comme le
Val des des Rougières, les Maurels et les Bosquets. Enfin, l’augmentation des impôts en 2015 et
2016 était inutile, c’est une perte de pouvoir d’achat importante pour les hyérois. La ville n’a
jamais été endettée et elle dispose avec les baux emphytéotiques d’un actif disponible significatif.
La réfection de la promenade de bord de mer a été une bonne initiative, mais elle doit être
protégée de l’érosion marine. La politique de rénovation urbaine doit être accélérée pour installer
en priorité de jeunes couples dans des logements accessibles. Même remarques pour la situation
des commerçants du centre-ville qui souffrent de l’installation d’enseignes nationales récentes en
périphérie (avenue 83, grand frais, Mc Donald’s).

Notre ville a maintenant besoin d’apaisement, d’impliquer tous les citoyens pour conserver son
attractivité et préserver ce patrimoine naturel exceptionnel.

X