Lors de la campagne 2014 pour les municipales, Jean-Pierre GIRAN déclarait “F comme fiscalité maîtrisée parce que notre projet ne prévoit aucune augmentation“.

Or, les hyérois ont eu en 2015 une augmentation des taux d’imposition de la taxe d’habitation et de la taxe foncière d’un peu plus de 4%, et surtout l’année suivante la diminution de l’abattement de la taxe d’habitation qui est passé de 15 à 8%, soit plus de 17 millions € de recette fiscale sur la durée du mandat. Rien ne justifiait une telle augmentation. Dans le même, temps, le maire de Toulon n’augmentait pas les taux, alors même que la diminution des dotations de l’état touchait toutes les communes.

D’autre part, la commune n’a pas tenu compte des transferts de compétence vers la métropole MTPM et de celui de 250 agents communaux, ce qui a conduit cette dernière à réaliser en 2018 un résultat positif de plus de 27 millions d’euros, dû essentiellement à une pression fiscale qui n’a été que partiellement diminuée en 2019.

Cette pression fiscale a permis de financer la Place Clémenceau (13 millions €), la rénovation de l’Espace Nautique (2,4 millions €), la promenade de bord de mer (4 millions €), le musée de la Banque (5,1 millions €), qui connaissent tous des malfaçons, ou sont à l’arrêt.

En fin de compte nos impôts ont servi à payer les dépenses de prestige du maire sortant.

Par contre les hyérois ont vu les dépenses de fonctionnement se dégrader, avec une baisse de la sécurité, de l’entretien des voies publiques, des écoles, un vieillissement du parc automobile, des moyens réduits accordés aux centres de loisirs, aux sorties scolaires, et aux équipements sportifs. Cette réduction des dépenses de fonctionnement s’est faite de manière mécanique, sans projection sur le moyen terme

De plus le budget de fonctionnement 2020 de la Banque n’a pas été communiqué et imposera des coupes budgétaires dans d’autres chapitres.

Hyères Citoyenne 2020 proposera la politique budgétaire suivante :

  • Maintien des taux d’imposition sur le foncier,
  • Affectation des cessions de biens de la commune (baux emphythéotiques) aux acquisitions foncières dans le cadre des opérations d’aménagement prévues (Rougières notamment),
  • Mutualisation des financements externes (financements européens pour l’environnement notamment),
  • Analyse précise de chaque service municipal afin d’évaluer sa performance et les pistes d’amélioration afin d’accroître la qualité de service aux hyérois,
  • Accroître les ressources numériques pour rendre service aux usagers (guichet unique, application sécurité, incivilités du quotidien),
  • Diminution des charges externes et des frais de communication de la ville,
  • Conduire avec la Métrople un pacte de confiance donnant-donnant,
  • Publication chaque année d’un rapport sur l’efficacité des dépenses publiques
  • Informer régulièrement les hyérois et les C.I.L des décisions prises, dans la Concertation et la transparence.
X