Nous apportons toute notre reconnaissance à ceux qui sur le terrain du vendredi 22 au dimanche 24 novembre 2019 ont été présents nuit et jour pour prévenir, pour secourir, pour protéger les hyérois en difficulté, victimes de cette inondation dramatique. Ils sont fonctionnaires de la ville, de la Métropole ou de l’Etat, volontaires de la sécurité civile ou parfois simplement nos voisins. Ils sont le symbole d’une générosité et d’une solidarité dans la difficulté qui font honneur à la ville. Nous leur rendons un hommage appuyé.

Nous exprimons à présent notre tristesse et notre colère.

Tristesse de voir que comme en 1999, en 2014 et maintenant en 2019, notre ville et des quartiers entiers, l’Oratoire, le Golf Hôtel, l’Ayguade, les Salins, sont de nouveaux victimes d’un déchaînement des éléments, dont la fréquence et l’intensité s’accélèrent. La ville a frôlé la catastrophe. Samedi soir, le vent d’Est a enfin tourné et l’eau a pu s’évacuer. Nous avons évité le pire. Mais demain…

Colère devant vos propos, Monsieur le Maire. Face au drame, vous cherchez des responsables. Bien sûr, cela ne peut pas être vous. C’est depuis 5 ans, la lenteur des décisions du syndicat du Gapeau à construire des bassins de rétention et à entretenir les berges ou bien les retards de décision de la Région PACA pour déménager le lycée professionnel du Golf Hôtel.

Prenez vos responsabilités. Qu’avez vous fait depuis 5 ans pour que les décisions s’accélèrent au Syndicat du Gapeau ou à la Région ? Lors des réunions de ces instances, qui représente la ville et qui prend la responsabilité ? Ce jeu de chaises musicales est insupportable aux yeux des victimes des inondations et de tous les hyérois qui attendent des actions des élus pour garantir leur sécurité. Soit le Maire d’Hyères et ses représentants ont du pouvoir dans ces assemblées et ils l’exercent, soit ils n’en ont pas et ils démissionnent ?

Et pour aller plus loin, votre responsabilité est pleinement engagée. Vous avez, certes, entrepris des travaux sur la sauvette et à l’Oratoire, il reste encore à faire au Plan du Pont et le long des rives du Gapeau. Mais dans le même temps, vous vous êtes engagé dans un programme immobilier de 8 350 logements à construire d’ici 2026, en prenant le risque d’imperméabiliser les sols, sur un territoire exposé aux inondations, aux submersions, aux ruissellements.

8 350 logements à construire d’ici 2026, c’est une folie et face aux changements climatiques, aux recours judiciaires et à nos mises en garde, vous poursuivez.

Qui a dit que le « porter à connaissance » du Préfet paralysait vos projets ? Qui a dit que les hypothèses de submersion du BRGM étaient trop pessimistes ? Qui a construit aux Salins, au Pyanet en toute opacité et qui veut construire 1 250 logements aux Rougières à côté des rives du Gapeau ? Qui refuse depuis 2 an la création d’un observatoire de l’habitat pour mettre de la transparence dans la mise en œuvre du Plan Local d’Urbanisme ?

C’est vous et votre majorité qui portez cette responsabilité et elle est lourde. On ne joue pas avec la nature et ses colères. Nous sommes face à des changements violents de notre environnement et cela va s’accentuer. La jeunesse a raison et il faut l’entendre. Votre aveuglement est dangereux. Vos méthodes sont dépassées et vos déclarations sont inappropriées.

Je vous ai entendu dire dimanche à la Radio « que la promenade avait tenu ». Est-ce le propos que l’on attend du 1er magistrat dans ce moment d’inquiétude générale ? La promenade a tenu, oui, mais pour combien de temps…

X