Nous sommes les garants de la qualité du débat démocratique, devant les électeurs et devant les jeunes générations. Or je lis avec stupéfaction sur les réseaux sociaux des propos qui relèvent de la diffamation et de la discrimination.

Qu’un enseignant, élu de la ville depuis 1995, en charge de la culture, se permette d’attaquer d’autres élus de la ville, dont un ancien Maire, en insinuant pour les uns que les motivations sont financières, pour les autres une revanche et le troisième du boniment, n’est pas digne du débat public.

Nous avons tous une responsabilité politique dans l’organisation du débat démocratique. Nos concitoyens nous écoutent et notre comportement d’élu est observé. Nous devons mener le débat des d’idées avec dignité, avancer des propositions pour un meilleur fonctionnement de

la ville, respecter les choix de  chacun.

Nous sommes également les garants du fonctionnement des institutions. Lors de la crise sanitaire, celle des gilets jaunes et lors des attentats, nous nous sommes tous réunis autour du Maire pour défendre la République. Pourquoi ? Parce que nous aimons la France et face à la menace, nous avons offert le visage d’un pays rassemblé.

En tant qu’adjoint spécial, j’ai toujours pris soin, dans un esprit républicain, de travailler avec tous et de réserver mes critiques et mes propositions pour les séances du Conseil Municipal.

Si je ne partage pas la politique de Monsieur Giran,  je respecte la personne et jamais je ne demanderai à mon épouse, à mes proches de nourrir les réseaux sociaux de commentaires déplacés.

Chacun ne fait pas ce qu’il veut, quand il veut. Si les nouveaux médias exacerbent l’individualisme, l’émotion et le temps court, il appartient de ceux qui représentent la République d’incarner ses valeurs avec dignité et modestie. Nous sommes d’abord au service de nos concitoyens et de notre ville.

Pierre Mendes France déclarait :  « la démocratie est d’abord un état d’esprit ».

J’invite chacun à partager cette réflexion et à redonner au débat public sa dignité.

X