Réunion sur la tranquillité publique jeudi 31 octobre 2019, en présence de Bernard Musso, ancien directeur de la Défense et de la Sécurité à la Préfecture des Alpes Maritime, un officier du SDIS, Michel Felix, ancien gendarme et Philippe Barbe, Militaire.

La réunion s’ouvre avec une minute de silence en mémoire des hommes et des femmes qui ont choisi de servir l’ordre républicain, la démocratie et les valeurs de la République. Ils sont tombés dans l’exercice de leur fonction, qu’ils soient policiers, pompiers, gendarmes ou volontaires. Nous adressons toutes nos pensées à leur famille et à leur proche. Ces hommes et ces femmes sont au premier rang des fractures de la société, des violences, de la difficulté de vivre de nos concitoyens. Nous nous devons de les accompagner et de les soutenir. Ils sont notre fierté et traduisent bien le sens du service public.

Nous observons que les effectifs de la police municipale hyéroise et les budgets sont restés stables entre 2014 et 2019, par contre, nous saluons l’effort de l’Etat qui augmente de 8 policiers les effectifs du commissariat d’Hyères.

Plusieurs axes de travail ont été évoqués autour des questions de prévention et de protection :

  1. Nécessité de renforcer la collaboration avec l’Etat pour réduire significativement les trafics dans certains quartiers de la ville
  2. Libérer les policiers municipaux de tâches administratives pour accroître leur présence sur la voie publique et multiplier les contacts avec la population,
  3. D’engager avec les CIL, les associations et les gardiens d’immeubles des opérations de communication contre les incivilités et la dégradation des biens publics.
  4. De tirer partie de l’expérience d’autres villes pour améliorer le fonctionnement et la coordination des moyens municipaux avec l’Etat
  5. D’accroître les investissements dans les nouvelles technologies de communication, de vidéo protection pour conforter l’action de l’action municipale de sécurité publique et améliorer l’efficience de la coordination avec la Police National.
  6. Enfin, il est apparu indispensable de dynamiser les opérations de prévention de la délinquance qu’il s’agisse de celles initialement retenues dans le contrat local de prévention de la délinquance qui constitue un des volets du contrat de ville que celles engagées de façon générale au bénéfice des jeunes publics dans les domaines du sport, de l’éducation, de la citoyenneté en y associant étroitement les services de l’Etat, de la commune et les partenaires associatifs ou privés.

Il ne s’agit que d’un résumé des principaux points évoqués.

X