Nous soutenons nos agriculteurs car ils sont au cœur de l’identité hyéroise. Ils nous nourrissent depuis des siècles, ils entretiennent les terres agricoles et nos paysages, ils aménagent et protègent notre environnement. Ils participent à la richesse du pays et sont en première ligne pour prévenir les risques majeurs et notamment les incendies, les inondations et le changement climatique.

Notre territoire s’inscrit dans une longue tradition d’une agriculture de qualité à travers la viticulture, l’horticulture, la canne de Provence, l’arboriculture et le maraîchage. Les agriculteurs hyérois ont marqué l’histoire de la ville et demain, ils seront la principale force économique et écologique de notre commune

Force économique qui produit et qui exporte une production agricole très diverse et de qualité et qui développe un tourisme intelligent toute l’année.

Force écologique pour anticiper le changement climatique et participer pleinement à la transition écologique de nos sociétés. Les terres agricoles présentent une force de résilience face au réchauffement climatique, par la captation du carbone, l’absorption et la restitution de l’eau. Nous souhaitons, d’ailleurs avec les parlementaires et les syndicats agricoles, réfléchir à une compensation pour les agriculteurs le plus exposés aux risques d’inondation, de submersion, ou liés aux remontées de sel.

Notre responsabilité politique, c’est de veiller au respect de nos agriculteurs, de les comprendre, de les soutenir. Nous devons trouver le bon niveau de dialogue entre l’état, les collectivités, les riverains et les agriculteurs  notamment pour bien expliquer les contraintes propres à leur métier.

Enfin, nous mènerons à Hyères, dans le cadre des élections municipales de mars 2020, deux projets structurants avec les organisations professionnelles :

Pour préserver les terres agricoles de la spéculation foncière et mieux valoriser nos atouts agricoles, nous créerons à Hyères une zone agricole protégée.

Pour augmenter l’autonomie alimentaire du territoire et accroître les circuits courts, avec la métropole, le lycée agricole, et la chambre d’agriculture, nous élaborerons un projet d’alimentation territorial.

Yves Gros, agriculteur et William Seemuller, conseiller municipal

X